Malgré les réquisitions du Juge d’instruction et du Procureur de la République Alain Cucumel l’assassin de Candice Cohen a été remis en liberté sous contrôle judiciaire !

Malgré les réquisitions du Juge d’instruction et du Procureur de la République Alain Cucumel l’assassin de Candice Cohen a été remis en liberté sous contrôle judiciaire !

Le 15 juin 2013 | 11 Commentaires

Malgré les réquisitions du Juge d’instruction et du Procureur de la République,  le Juge des libertés et de la détention a remis en liberté sous contrôle judiciaire Alain Cucumel l’assassin!

En France on met en détention provisoire de petits voyous, mais on laisse courir les assassins, d’autant plus qu’Alain Cucumel dispose de la double nationalité Franco-Israelienne et peut s’enfuir à tout moment.

Il n’y a plus qu’à espérer que le Procureur de la République fasse appel de la décision du Juge des libertés et de la détention !

http://twitter.com/JcElfassi
http://www.facebook.com/jeanclaude.elfassi.9
http://www.youtube.com/user/JeanClaudeElfassi
http://www.dailymotion.com/JeanClaudeElfassi

 

 

 

11 commentaires pour “Malgré les réquisitions du Juge d’instruction et du Procureur de la République Alain Cucumel l’assassin de Candice Cohen a été remis en liberté sous contrôle judiciaire !”

  1. Juliette rubiojuliette dit:

    C est écœurant. C est quoi cette justice? Décidément rien ne se passe normalement en france

  2. GUYOT dit:

    Bonsoir Monsieur ELFASSI,

    Je suis révoltée suite à une telle décision de Justice!.Que dire de plus… Tout y est écrit avec Justesse. J’éprouve un profond dégoût de la Justice des Hommes.

    Bon courage pour tous…

    Véronique

  3. justice dit:

    Le business de l’injustice semble lucratif partout dans le monde, voilà aussi une affaire franco israelienne ou encore une fois la personne qui est la plus victime qui essaie de se sauver, de sauver sa vie et celle de l’enfant et qui a besoin d’aide et de secour est accusé de tout et n’importe quoi, et bien sur ce sont toujours les mensonges proférés envers les victimes qui sont utilisés comme « preuves » de ce qu’a fait la victime:

    http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/06/15/27437915.html

    Voici la lettre de la mère mais l’article contient plus de liens et d’informations:

    «  » Je vous appelle au secours, du fond de ma détresse, d’une tragédie que les mots ne suffisent plus à dire.

    Je m’appelle Ronite Bitton, de nationalités française et israélienne. J’ai passé ces 12 dernières années de ma vie, à me battre corps et âme pour que la Justice protège mon enfant contre un homme de nationalité belge, un père violent, très puissant, qui en a obtenu la garde en 2006.

    Harcelée, ruinée, épuisée par ce combat, je viens d’être condamnée par la Justice israélienne à cinq ans de prison ferme pour l’enlèvement de mon propre enfant, sans preuve et alors qu’une procédure en ma faveur est pendante au niveau européen.

    Parce que le jour où la justice israélienne ordonne l’expulsion immédiate de Solal Michaël vers la Belgique, conformément à la demande de son père, il disparait. Je suis aussitôt arrêtée et emprisonnée, à la demande de son père. Après enquête, il s’avère que celui-ci était alors en Israël, circulant dans une voiture diplomatique. Depuis lors, mon enfant reste introuvable. Solal aura bientôt 15 ans.

    Dans quelques jours, je dois être incarcérée pour de longues années. Mon enfant, qui n’a fait que crier son désespoir devoir me quitter pour aller vivre chez son père qui l’a battu et dont il a peur, est condamné à ne plus me revoir jusqu’à sa majorité, voir plus jamais.

    Pourtant, avant l’entrée en politique du père et de son frère en Belgique, la justice nous protégeais mon enfant et moi, allant même jusqu’à prendre des mesures extraordinaires contre le père violent : éviction du domicile familial par la cour belge puis transfert de la résidence légale de l’enfant vers la France, etc.. Jusqu’à ce qu’elle opère une véritable volte-face, sans assise juridique : alors que nous vivions depuis deux ans en France, de plein droit, la Cour d’Appel belge a confié la garde au père belge et ordonné le retrait immédiat de notre enfant de France, en plein milieu d’année scolaire.

    Depuis lors, fermant obstinément les yeux face à ce revirement inexplicable et faisant la sourde oreille aux témoignages rapports d’experts et appels à l’aide de mon enfant, la justice française, puis israélienne se contentent de suivre docilement la décision belge. J’ai fait tout mon possible pour les sortir de cet aveuglement complaisant, de cette torpeur, de les réveiller, preuves à l’appui. En vain.

    Depuis la disparition de mon petit Solal, ma santé s’est considérablement détériorée, je n’ai plus que les os sur la peau et je viens de subir une nouvelle opération, la seconde en six mois, tandis que son père multipliait les procédures contre moi et que je devais faire face à l’impossible : harcèlement procédurier, prison pendant deux mois puis un mois, à sa demande, détention prolongée durant près de trois ans en résidence surveillée, contrôles judiciaires et enquêtes policières incessants, amendes judiciaires colossales, calomnies, mensonges, sans parler de la perte de tout ce que j’avais construit durant ma vie et de tout ce qui m’était le plus cher au monde…

    Le temps m’est désormais compté. Je vous implore de m’aider en agissant d’urgence par tous les moyens dont vous disposez pour demander à la Justice israélienne d’arrêter cette mise à mort et de décider que le dernier mot revient non plus à la justice, ni au père, ni à la mère mais seulement au jeune homme de quinze ans qu’est devenu Solal. Un enfant n’est pas un paquet mais un être humain. Où qu’il se trouve, il doit pouvoir lui-même décider de son sort.

    Ronite »

    Je me disais que c’est dans ce genre d’article ou vous devriez remettre en lien les affaires du type mis en prison ferme pour 4 mois pour avoir volé des tomates pour survivre alors qu’il était clochard (en fait on met en france en prison des gens pour avoir simplement survécu !) ou celle de cette mère mis en prison 3 mois pour avoir pas payé un restaurant chez un Hilton…

  4. fred dit:

    Si vous avez des difficultés à visualiser ce message correctement, cliquez-ici

    Suite à l’avalanche de réactions suscitées par notre dernier message, je me permets de vous le renvoyer au cas où vous l’auriez manqué.

    Bonne lecture,

    Laurence Havel

    Madame, Monsieur,

    Christiane Taubira devait être confrontée, ce vendredi soir sur France 2, au secrétaire général de l’Institut pour la Justice, Xavier Bébin.

    Xavier Bébin s’apprêtait à porter la voix des millions de Français qui contestent le laxisme de la Justice envers les criminels.

    Mais, à la dernière minute, Christiane Taubira a refusé cette confrontation. Elle a exigé un interlocuteur plus accommodant et France 2 s’est soumise à ce diktat.

    Voilà comment on parvient à museler ceux qui défendent les victimes. Il suffit de ne pas leur donner la parole !

    Mais vous pouvez agir, aujourd’hui même, pour effectuer un acte simple et efficace contre cette dictature de la pensée unique.

    Car si Christiane Taubira a fait pression pour empêcher le secrétaire général de notre association d’être sur le plateau de « Ce soir ou jamais » sur France 2, ce n’est pas seulement parce qu’elle craignait le débat.

    C’est surtout parce qu’elle ne voulait pas faire de publicité au livre qu’il vient de publier « Quand la Justice crée l’insécurité » (Fayard).

    Car ce livre donne à tous les citoyens les chiffres et arguments clés pour comprendre à quel point ses projets sont dangereux :
    – Christiane Taubira veut en finir avec le « tout carcéral » ? En réalité, le nombre de places de prison par habitant est, en France, inférieur de près de moitié à la moyenne de l’Union européenne.

    – Le gouvernement veut développer les « libérations anticipées » des délinquants? Mais par le jeu des remises de peine et de la libération conditionnelle, un détenu peut déjà sortir après avoir effectué un peu plus d’un tiers de sa peine.

    – Une nouvelle loi s’apprête à supprimer les « peines plancher pour les récidivistes » ? Alors qu’il existe bien un noyau dur de la criminalité, ces 5 % de délinquants qui sont responsables de plus de 50 % des crimes et délits commis !

    – La prison doit devenir l’exception ? Mais elle l’est déjà : Sur 1,4 million d’auteurs présentés chaque année à la Justice, seuls 80 000 sont réellement envoyés en prison.

    – La garde des Sceaux veut supprimer les « tribunaux correctionnels pour mineurs » ? Les mineurs de 14 à 18 ans représentent 1 % de la population carcérale et 5 % de la population générale, mais ils sont responsables de 25 % des viols, 24 % des cambriolages et 46 % des vols avec violence.

    Tous ces chiffres, mais aussi de nombreux exemples concrets, sont révélés dans Quand la Justice crée l’insécurité.

    Le problème est que la plupart des médias ont décidé de passer ce livre sous silence.

    Pourquoi ? Parce que ce livre est « dangereux » pour le pouvoir.

    Ce n’est pas moi qui le dit mais Philippe Bilger, ancien avocat général à la Cour d’appel de Paris, et qui n’appartient pas à l’Institut pour la Justice :

    Étayée par de nombreuses statistiques, illustrée par des exemples puisés dans l’actualité, fondée sur de solides arguments, l’analyse de Bébin démolit tranquillement, sans vergogne mais sur un ton mesuré, les poncifs de la phraséologie pénale, judiciaire, pénitentiaire, sociale et médiatique.

    Cette démolition est d’autant plus redoutable, donc à exclure des circuits d’information et de diffusion, qu’elle est enrichie par des propositions que les politiques pourraient aisément et rapidement mettre en œuvre.

    La mécanique habituelle de la disqualification s’est mise en marche. Xavier Bébin serait « de droite », et l’Institut pour la Justice, une association « très droitière ». Il faut faire litière de ces accusations (…)Il est malhonnête de le présenter comme une émanation de la droite dure – et irresponsable d’ignorer son implacable diagnostic.

    Mais si les médias n’en parlent pas, VOUS pouvez briser le mur du silence en vous procurant ce livre. Vous pouvez aussi en parler autour de vous et l’offrir à des membres de votre entourage – surtout ceux qui doutent de l’urgence absolue d’une réforme de la Justice en France.

    Plus ce livre sera diffusé, moins les politiques, les médias et les juges pourront ignorer son diagnostic et ses recommandations.

    il est impératif que chacun sache comment les idées « non conformes » mais de bon sens, sur la Justice et l’insécurité, sont exclues du débat public en France.

    Avec tous mes remerciements,

    Laurence Havel
    Secrétaire nationale de l’Institut pour la Justice

    PS : quelques témoignages sur le livre « Quand la justice crée l’insécurité ».

    « J’ai bien reçu l’ouvrage de Xavier Bébin et vous remercie de l’envoi rapide de cet ouvrage dont j’ai déjà entamé la lecture avec le plus vif intérêt. Il conforte en tous points votre admirable engagement à vouloir défendre les victimes et leurs familles. Ces témoignages cités par l’auteur sont bouleversants et montrent à quel point la Justice de ce pays est irresponsable et inopérante. »
    Monsieur Philippe V. sympathisant de l’Institut pour la Justice

    « Un réquisitoire clinique et implacable contre les dogmes qui ont dévoyé notre système judiciaire »
    Thibault de Montbrial, avocat au barreau de Paris

    « M. Xavier Bébin démontre magistralement la perversion de notre système pénal, oublieux de son rôle de protection de la société et indifférent aux victimes. Ce livre salutaire prouve que l’humanisme n’est pas là où l’on voudrait nous le faire croire »
    Jean-Claude Magendie, ancien président de la Cour d’appel de Paris

    « En matière criminelle, on est trop souvent interpellé par les incantations, les imprécations ou les lamentations. Le débat mérite mieux. On peut partager ou critiquer les analyses de Xavier Bebin. Mais il faut lire ce livre pour construire enfin le dispositif équilibré entre prévention, dissuasion et sanction adaptée que méritent les citoyens. »
    Alain Bauer, professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Beijing

    « Un ouvrage courageux, qui défend de façon rigoureuse une politique pénale du bon sens, loin des idéologies abstraites et préconçues »
    Jean Pradel, professeur émérite des Universités, ancien juge d’instruction

    « A partir d’exemples concrets, dans un style vif et accessible, cet excellent livre décrit les dérives d’un système judiciaire à bout de souffle. »
    Olivier Foll, ancien directeur de la police judiciaire de Paris

    « Tout est vrai dans cet ouvrage remarquable qui nous ramène du fantasmagorique au pragmatique, de l’angélisme au trivial, du dogmatisme idéologique à la pratique du réel ».
    Michel Bénézech, psychiatre, légiste, expert judiciaire honoraire et professeur associé des Universités

    « Un plaidoyer étayé par des exemples frappants et une solide connaissance de la criminologie. »
    Maurice Cusson, criminologue, professeur émérite à l’Ecole de criminologie de l’Université de Montréal

    Institut pour la Justice

    Institut pour la Justice – 140 bis, rue de Rennes – 75006 Paris
    http://www.institutpourlajustice.org

    Pour être sûr(e) de recevoir nos prochains emailings, ajoutez l’adresse de l’Institut pour la Justice « [email protected] »
    dans votre carnet d’adresses ou dans votre liste d’expéditeurs autorisés.

  5. ano dit:

    Tout est prétexte maintenant à condamner les gens pour remplir les prison, derniere en date, un jeune condamné à deux mois de prison ferme pour n’avoir rien fait de mal et avoir été interpellé abusivement puisqu’il n’avait rien fait de mal :

    http://www.meltybuzz.fr/les-anti-mariage-gay-soutiennent-le-manifestant-condamne-a-de-la-prison-sur-twitter-a188329.html

  6. micheline dit:

    monsieur elfassi, voila un article interessant que vous devriez aborder plus souvent plutôt que les insultes répétitives envres les participantes de tvr, ceci est du journalisme et pas du venin cra

  7. micheline dit:

    c’est tout a votre honneur de dénoncer ses horreurs mais de grace continuer dans cette voie et non dans celle des insultes qui vous dévalorisent! au plaisir de lire de vraies infos comme celle ci.

  8. TIMESTIT dit:

    Je m’insurge quant à la leçon de morale de la prétendue journaliste micheline qui ne connait peut être pas la douleur de perdre un enfant ou qui imagine que elle si cela avait été le cas aurait réagi autrement (mais comme personne n’est à la place de personne)Il conviendrait donc que soit respectée la douleur des parents qui perdent un enfant, non pas de maladie, par une lâcheté, car fuir pour ne pas avoir à affronter la justice des hommes, alors qu’il a ôté la vie est un des pires des crimes et je parle bien de crime et non de délit.

  9. daniels dit:

    C est écœurant. C est quoi cette justice? Décidément rien ne se passe normalement en france meme les pedophiles ont pignon sur rue en Auvergne ! La Justice ne fait pas son travail !

  10. Lycéenne dit:

    Comme vous le dites si bien la justice ne fait vraiment pas son travail! Je ne sais pas ce qui leur pend au nez pour ne pas agir face à des actes comme celui ci , mais ça devient vraiment grave. Les malheureux dommages que peuvent commettre un simple adolescent sont bien plus punis que l’assassinat de cette enflure ! Tout ça pour quoi ? Parce que le statut n’est pas le même, l’argent en y est bien pour quelque chose aussi et son pouvoir notamment.. ça me dégoute!
    Malheureusement à par poser nos mots , on ne peut rien faire de plus.
    J’espère de tout mon cœur que cette justice finira par changer, parce que du haut de mes 17ans, je peux encore avoir une chance que dans 10 ou 20ans la justice ne soit plus la même ( peut-être sera t-elle pire que maintenant).

    Une grosse pensée pour Candice, Haya et toute sa famille.

  11. Time to Wake Up dit:

    + tous les pedophiles illuminati dehors qui portent des tee shirts Tabassons les Juifs ! http://www.youtube.com/watch?v=6UWPyKcirP4

Laisser un commentaire

  • Derniers commentaires