Jean-Jacques de Peretti porte plainte sans savoir pourquoi

Jean-Jacques de Peretti porte plainte sans savoir pourquoi

Le 22 juin 2020 | Aucun commentaire

En perte de vitesse aux prochaines élections, Jean-Jacques de Peretti perd son calme.

Il annonce aujourd’hui sur France 3 porter plainte sans préciser pourquoi et contre qui.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/dordogne/sarlat-caneda/sarlat-caneda-jean-jacques-peretti-porte-plainte-diffamation-cadre-affaire-privee-1844156.html

Jean-Jacques de Peretti utilise les mêmes méthodes que Tariq Ramadan, il cherche à cacher ses turpitudes en invoquant le complot !

Est-ce les complotistes qui ont tenu ces propos ?

.
.
.
.
.

Dans cet enregistrement, Jean-Jacques de Peretti, maire de Sarlat-la-Canéda, reconnaît avoir obtenu le TAJ (Traitement des Antécédents Judiciaires) auprès des services de police. Ce qui constitue l’ infraction pénale passible du tribunal correctionnel de recel d’informations soumises au secret professionnel. Pour ne pas être en infraction, j’ai masqué la partie dans laquelle Jean-Jacques de Peretti dévoile le TAJ d’Émilie T. Enregistrement à écouter jusqu’à la fin.

Plainte contre Jean-Jacques de Peretti et son fils Thomas.

.
.
.
.
.
Dans cet enregistrement, Jean-Jacques de Peretti cumule les mensonges. Tout d’abord, il dit que lors de ses 48 heures de garde à vue, les policiers lui ont fait des analyses toxicologiques négatives, or il s’agit d’un mensonge puisque Thomas de Peretti était positif à la cocaïne, comme le prouvent les analyses ci-après. Curieusement, au bout de 48 heures, Thomas de Peretti a été relâché et ils lui ont laissé l’enfant, malgré son imprégnation et son addiction à la cocaïne. C’est à se demander si Jean-Jacques de Peretti n’a pas influé sur cette décision aberrante. Il dit : « Le problème d’Émilie, c’est qu’elle se met à crier dans l’appartement. » Pour Jean-Jacques de Peretti, le problème d’Émilie n’est pas qu’elle se fasse frapper par Thomas De Peretti, alcoolique et toxicomane, mais qu’elle pousse des cris. Selon Jean-Jacques de Peretti, quand une femme se fait frapper, elle doit retenir ses cris de douleur pour ne pas déranger les voisins. Deuxième mensonge, Jean-Jacques De Peretti déclare que d’après la police, il n’y a aucune suite qui a été donnée à la plainte d’Émilie. Sauf que ce n’est pas à la police de déterminer l’opportunité des poursuites, mais au Procureur de la République. D’après mes informations, la plainte suit son cours.

Témoignage d’un serveur du Starbuck Café qui déclare que Thomas de Peretti a mis un coup de poing dans le ventre de sa compagne enceinte de 7 mois ! Et qu’Émilie a crié de douleur sous le coup ! Pour Jean-Jacques de Peretti, Émilie est fautive d’avoir crié, elle aurait du encaisser les coups en silence.

 

Thomas de Peretti, alcoolique et toxicomane, jusqu’à 3 grammes de cocaïne par jour. Cela ne dérange ni les flics, ni les services sociaux de Paris 7ème de laisser un enfant au contact d’un toxicomane et de dealers.

Thomas de Peretti est bien positif à la cocaïne contrairement aux déclarations mensongères tenues par Jean-Jacques de Peretti.

 

Pour moins que ça, les flics ont débarqué chez Jean-Luc Delarue, mais apparemment Thomas de Peretti bénéficie d’une impunité de pouvoir se droguer au vu et au su des services de police de Paris 7eme.

.
.
.
.
Dans cet enregistrement, Jean-Jacques de Peretti déclare que les 2 commissaires de Paris 7eme l’ont appelé pour lui rendre compte de la situation ! À quel titre des commissaires de police doivent rendre des comptes à une personne qui n’est pas concernée par le dossier ? Cela constitue une infraction pénale pour celui qui donne et celui qui reçoit l’information.

.
.
.
.
.
Thomas de Peretti le toxico veut sa coke et ses ballons, sinon il fait un caprice. Si vous voulez vous droguer en toute impunité, dites que vous vous appelez de Peretti et les flics de Paris 7eme fermeront les yeux.

.
.
.
.
.
Pour une fois, Jean-Jacques de Peretti dit la vérité. Son fils Thomas de Peretti est assisté d' »une aide à domicile » en la personne d’un clandestin philippin non déclaré. Ce dernier garde l’enfant au domicile de Jean-Jacques de Peretti, 10 heures par jour pour un salaire de 4€ de l’heure.Bien entendu, cela ne dérange pas les services de police de Paris 7.

Emploi irrégulier d’étrangers: le fait pour toute personne, directement ou par personne interposée, d’embaucher, de conserver à son service ou d’employer pour quelque durée que ce soit un étranger non muni du titre l’autorisant à exercer une activité salariée en France, en méconnaissance des dispositions du premier alinéa de l’article L. 8251-1, est puni d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 15 000 .€

Propos recueillis et enregistrés le 6 juin 2020 à 13h28 :

« Je travaille depuis très longtemps pour monsieur de Peretti, depuis 2009, il me paie tous les mois, il m’a dit qu’il me déclarerai, je ne sais pas quand, il me paie en espèce, je n’ai pas de papier, j’ai eu des papiers provisoire pendant 3 mois, maintenant je n’ai pas de papier et je travaille quand même pour monsieur de Peretti, il m’a dit qu’il me déclarerait mais il ne l’a pas fait, pas encore. Je garde le bébé chaque jour du lundi au vendredi 10 heures par jour, il me paie 800 € par mois. Mon adresse est ……. Mon nom est Joseph Talentino.

.
.
.
.
.
Quand on évoque le fait que Thomas de Peretti travaille et escroque la CAF en percevant le RSA, Jean-Jacques de Peretti a curieusement des problèmes d’audition. 

Laisser un commentaire