Génocide des Kurdes, des Yazidis et des chrétiens par les terroristes islamistes, la communauté internationale s’en moque

Génocide des Kurdes, des Yazidis et des chrétiens par les terroristes islamistes, la communauté internationale s’en moque

Le 11 octobre 2014 | 11 Commentaires

Les barbares de l’état islamique sèment la terreur en Syrie et en Irak, au Nigeria et un peu partout dans le monde.

Ces immondes criminels islamistes torturent et massacrent tout ce qui leur tombe entre les mains. 600 000 morts en Syrie et en Irak.

Et pourtant, la communauté internationale ne réagit pas ! Laissant les Kurdes, les Yazidis et les Chrétiens se faire massacrer. Nous sommes témoins d’un génocide et personne ne réagit. On ne pourra dire dans quelques années « On ne savait pas !»

Cet été quand Israël a répliqué aux attaques des terroristes islamistes du Hamas (même branche que l’état islamique), des manifestations ou plutôt des émeutes d’islamoecologauchos ont eu lieu dans toutes les grandes villes de France.Aujourd’hui trois peuples subissent un génocide personne ne manifeste. Les islamistes, on peut le comprendre ce sont eux les bourreaux mais les autres les écologaucho, où sont ils ? Ils ont l’indignation sélective. Ils sont trop occupés à condamner et boycotter Israël. Trop occupés à appeler au meurtre des juifs. La haine du juif est plus importante que leur propre survie. Tellement bêtes que plutôt que d’aider les Kurdes, les Yazidis et les Chrétiens les mairies de Lille et de Montreuil envoient des dons de plusieurs milliers d’euros aux terroristes islamistes palestiniens. La France ruinée a envoyé récemment 11 millions d’Euros, et plus de 222 millions sur les 15 dernières années. l’Arabie Saoudite et les émirats ont donnés plus de 150 millions d’€ le mois derniers. Les terroristes islamistes palestiniens recueillent à eux seuls plus de 40 % de l’aide humanitaire mondiale. Tous ces dons sont allégrement détournés à des fins personnelles et militaires. Les terroristes palestiniens sont payés par la communauté internationale pour assassiner des juifs.

La population palestinienne est en 3e position mondiale pour le taux d’obésité juste après les qatari et les saoudiens http://observatoiredumoyenorient.blogspot.fr/2012/06/malgre-loccupation-et-le-blocus-les.html . L’occident gave ces mendiants terroristes. Mais peu importe, la haine du juif prime. Le monde peut se faire torturer, violer, égorger, massacrer par les terroristes islamistes, il faut que les juifs crèvent.

En attendant les courageux résistants Kurdes, Yazidis et Chrétiens attendent avec un admirable courage l’aide de la communauté internationale.

Sans la puissance militaire d’Israël les juifs subiraient le même sort que ces malheureux Kurdes,Yazidis et Chrétiens. Une communauté internationale inerte qui regarde des minorités se faire massacrer. Un occident servile, une Europe terrorisée par ses islamistes.

Israël et les juifs n’ont pas de leçons à recevoir de soumis aux terroristes islamistes qui laissent les Kurdes, les Yazidi et des chrétiens d’Orient se faire massacrer.

Les juifs regardent avec tristesse le déclin de la civilisation européenne. Là aussi vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenu.

Que le scandale soit avec vous !

http://twitter.com/JcElfassi
http://www.facebook.com/jeanclaude.elfassi.9
http://www.youtube.com/user/JeanClaudeElfassi
http://www.dailymotion.com/JeanClaudeElfassi

L'état n'a pas de quoi payer vos retraites, les infirmières sont mal payées, les écoles et les hôpitaux en ruine. C'est normal l'état finance les terroristes islamistes palestiniens

L’état n’a pas de quoi payer vos retraites, les infirmières sont mal payées, les écoles et les hôpitaux en ruine. C’est normal l’état finance les terroristes islamistes palestiniens

 

Le monde peut mourir de faim, ce qui importe c'est de gave les terroristes islamistes palestiniens. Leurs seules activités... tuer des juifs

Le monde peut mourir de faim, peu importe, il faut gaver les terroristes islamistes palestiniens. Leurs seules activités… tuer des juifs

Qu'ont fait les palestiniens avec les milliards reçus de la communauté internationale ? Des tunnels offensifs, acheté des armes, salariés des terroristes, et les dirigeants palestiniens roulent en Ferrari et sont propriétaires d'hôtels 5 étoiles dans Gaza

Qu’ont fait les palestiniens avec les milliards reçus de la communauté internationale ? Des tunnels offensifs, acheté des armes, salariés des terroristes, et les dirigeants palestiniens roulent en Ferrari et sont propriétaires d’hôtels 5 étoiles dans Gaza. En attendant la France s’endette en donnant l’argent qu’elle n’a pas

Voici un salarié de l'état français. Ce terroriste islamiste palestinien a été éliminé par Tsahal, mais le Hamas versera à sa famille son salaire de terroriste financé par la France entre autres

Voici un salarié de l’état français. Ce terroriste islamiste palestinien recouvert du drapeau de l’état islamique a été éliminé par Tsahal, mais le Hamas versera à sa famille son salaire de terroriste financé par la France entre autres

Le gouvernement Français totalement dépassé par ses islamistes, les laissent défiler lors des manif pro palestiniens avec le drapeaux de l'état islamique. Pire ils sont soutenus par les écologaucho très content de voir ces barbares mettre les villes de France à feu et à sang

Le gouvernement Français totalement dépassé par ses islamistes, les laissent défiler lors des manif pro palestiniens avec le drapeaux de l’état islamique. Pire ils sont soutenus par les écologaucho très content de voir ces barbares mettre les villes de France à feu et à sang

 

11 commentaires pour “Génocide des Kurdes, des Yazidis et des chrétiens par les terroristes islamistes, la communauté internationale s’en moque”

  1. NEMROD34 dit:

    Vous nous faites chier avec vos religions tous autant que vous êtes!

  2. xyz dit:

    pourquoi l’état d’israel ne vas t-il pas envoyer des soldats pour protéger les minoriters en syrie et irak, ils en ont les moyens militaires non ?

  3. Francefoutue dit:

    L europe ,en plus d avoir fait entre les loups dans la bergerie par millions,
    Entretient tous ces fegnasses eteteurs d ici et la bas!
    Honte a l europe!!!

  4. ano dit:

    Mais pourquoi personne ne veut dénoncer l’origine de toute cette violence qui vient de l’enfance :

    http://www.alice-miller.com/articles_fr.php?lang=fr&nid=15&grp=11

    « Il arrive régulièrement que des livres ou des articles nous exposent des situations ou des faits épouvantables (animaux martyrisés, exploitation de la nature, tortures, despotisme…), et il est naturel que nous y réagissions par l’expression de sentiments forts. C’est en tout cas ce qui se passe pour la plus grande partie de la population à même de penser et de ressentir, qui réagit alors par l’indignation. Il y a pourtant une exception: quand il s’agit de mauvais traitements infligés aux enfants, comme les coups et les claques, on constate en général une indifférence étonnante, parce que la plupart des gens est toujours convaincue que les coups sont indispensables aux enfants et n’ont pas de conséquences néfastes.

    Comment peut-on croire qu’il puisse être bénéfique pour qui que ce soit d’être battu, plus encore pour un individu en pleine croissance dont le cerveau n’est pas encore complètement formé ? Il est probable, c’est du moins ce que l’on pourrait penser, que les partisans des châtiments corporels ne savent pas encore que le cerveau humain se développe dans les trois premières années de la vie, et que c’est justement à ce moment là que la violence s’apprend. Mais comment concevoir un tel degré d’ignorance ? Ces connaissances ne sont pourtant pas tenues secrètes. A tout le moins, des gens cultivés comme les enseignants, les ecclésiastiques, les hommes de lois, le personnel politique, les chefs d’Etat ou les ministres, devraient quand même y avoir été confrontés un jour ou l’autre, à un endroit ou à un autre.

    Il y a déjà 20 ans que la question des mauvais traitements que l’on fait subir aux enfants a commencé à faire l’objet de publications, mais pas plus aujourd’hui qu’hier on ne voit se lever où que ce soit la vague d’indignation et d’horreur que justifierait l’exploitation sans scrupules de la situation d’impuissance des enfants dans le seul but de décharger la haine accumulée par les adultes, les parents et les éducateurs. On bat un enfant ? et alors, qui y a-t-il d’anormal à cela ?

     » Non, ce n’est ni normal, ni bénin, ni défendable sur le plan éthique « , disent et écrivent quelques personnes depuis deux décennies environ. Mais ces hommes et ces femmes ne représentent jusqu’à maintenant qu’une petite minorité. Mes nombreuses tentatives pour informer les jeunes parents des conséquences dangereuses des coups reçus par les enfants, par exemple en demandant l’aide du Vatican, ont toutes échoué. Je me suis à chaque fois heurtée à un mur d’indifférence et de silence.

    Comment expliquer cela ? On a peine à concevoir qu’il n’y ait, au Vatican par exemple, pas une seule personne qui soit capable de s’indigner des violences faites aux enfants et qui éprouve de ce fait le besoin de transmettre au pape mes informations. Et pourtant, mon expérience prouve que cela ne s’est pas produit jusqu’alors. Et pas seulement au Vatican. Partout dans le monde, les gouvernants ne font quasiment rien pour interdire ces pratiques barbares.

    Dans les années 70, la Suède a adopté une loi qui interdit explicitement l’usage de la violence contre les enfants. Malheureusement, il n’y a eu depuis que treize Etats de second plan pour suivre cet exemple. Bien qu’il soit établi aujourd’hui qu’une éducation fondée sur les coups forme les hommes et les femmes qui frapperont à leur tour demain, cela ne suscite dans l’opinion publique aucun cri d’indignation. Au contraire, nous continuons imperturbablement à cultiver exactement ce que nous prétendons vouloir éradiquer : la torture, les guerres, les génocides. Nous nous employons pleinement à produire les violences et les maladies de demain. Car derrière chaque agression violente, on peut retrouver une histoire individuelle faite d’humiliations (voir James Gilligan,  » Violence « , Putnam NY, 1996).

    Je me demande constamment pourquoi il est si difficile de diffuser ces connaissances et pourquoi les seuls cas où la réaction normale d’indignation ne se produit pas sont en rapport avec la maltraitance des petits enfants. En fait, je connais la réponse à cette question, mais j’espère toujours me tromper. La réponse que j’ai trouvée, c’est que la plupart d’entre nous ont été des enfants maltraités et ont dû apprendre à refouler cela très tôt pour pouvoir survivre. Nous avons été obligés de croire que c’est  » pour notre bien  » que nous avons été humiliés et martyrisés, que les coups ne nous faisaient pas mal, qu’ils étaient sans incidence, et que c’était dans l’intérêt de la collectivité (sinon, nous disait-on, nous serions devenus des monstres dangereux).

    Quand notre cerveau a stocké très tôt ces informations erronées, elles restent en général enregistrées pour toute la vie et forment donc des blocages de la pensée permanents, à moins que l’occasion ne se présente de les faire disparaître, éventuellement lors d’une thérapie. Mais en règle générale la plupart des gens ne se risquent pas à abandonner leurs blocages. Ils ne cessent de répéter comme en choeur :  » mes parents ont fait de leur mieux pour bien m’éduquer, j’étais un enfant difficile et il a fallu m’imposer une discipline sévère « . Comment serait-il possible à des gens pareils de s’indigner des mauvais traitements que subissent les enfants ? C’est que depuis leur enfance, ils sont coupés de leurs sentiments vrais, des souffrances causées par l’humiliation et les supplices. Pour ressentir leur indignation, il faudrait qu’ils aillent voir du côté de ces vieilles souffrances. Mais qui peut avoir envie d’une chose pareille ?

    C’est ainsi que ces souffrances restent le plus souvent enfermées derrière des portes de fer au plus profond de leur cœur. Et malheur à qui se hasarderait à secouer ces portes : ils préfèreront supporter les dépressions, ingurgiter médicaments et drogues, mourir même, que d’être confrontés au retour de cette torture enfouie dans la mémoire. Alors, on la rebaptise « éducation « , un nom agréable à l’oreille, et l’on évite ainsi la souffrance. Ces gens-là seront incapables d’indignation tant qu’ils se refuseront à admettre qu’ils ont été eux-mêmes des victimes lorsqu’ils étaient enfants. Il n’y a pas grand monde qui soit capable de regarder son histoire en face, et ceux qui le font sentent souvent que cela contribue à les isoler. Ils vivent en effet dans une société dans laquelle beaucoup de gens peuvent s’indigner très sincèrement de certaines injustices, comme par exemple le travail des enfants en Asie, mais pas de l’injustice dont ils ont eux-mêmes été les victimes. On a fait d’eux des victimes à un moment où ils n’étaient pas encore capables de penser par eux-mêmes, et ils ont adopté le point de vue de leurs parents, selon lequel c’est pour leur bien qu’ils ont été torturés. Tout cela s’est passé de façon à pouvoir entretenir la fidélité et l’amour qu’ils vouent à leurs parents, ce qui se passe le plus souvent sur le dos de ses propres enfants. En fait, pour ces anciens enfants maltraités, le temps devrait maintenant être venu de trouver le courage de se rebeller.
    L’incapacité à réagir par de l’indignation lorsque des enfants sont battus peut évidemment trouver son explication dans notre histoire individuelle, mais elle ne nous en ferme pas moins l’accès à la compréhension de nombreux phénomènes. Cela peut être illustré par des problèmes qui relèvent de registres variés. Dans les pages qui suivent, je vais prendre des exemples dans trois domaines particuliers, pour démontrer l’importance de la capacité de nous indigner. Je pense qu’elle peut nous libérer de notre rigidité et nous donner ainsi accès non seulement à une meilleure connaissance de nous-même, mais aussi nous mettre en situation d’apporter aide et prévention là où c’est une nécessité pressante. J’aborderai donc l’approche traditionnelle de la délinquance (tueries et meurtres en série), la reproduction de la maltraitance des enfants dans les familles et le principe de neutralité dans la pratique thérapeutique. […] « 

  5. BonBreton dit:

    @NEMROD34: 100% d’accord! Juifs, musulmans, chrétiens… Ils se foutent sur la gueule pour l’UNIQUE raison que chacun de leur torche-cul raconte des conneries différentes les uns par rapport aux autres. La religion est le cancer de toute société moderne! C’était sympa au moyen-âge mais il serait temps qu’on y mette fin.

  6. cilou dit:

    @BonBreton et NEMROD34
    Hum, où voit-on des chrétiens massacrer quiconque aujourd’hui dans le monde ?

  7. alcala dit:

    @Cilou : Bah en Centrafrique, entre autres pays !

  8. kastal dit:

    Salome mes frères .je suis d origine kurdes et ca fait plaisir d etre soutenu par vous ;).

  9. kalish dit:

    Je plussoie, vous nous les cassez avec vos religions, et vos haines de celui qui a la plus vraie que l’autre. C’est tout à votre honneur de parler des kurdes, des yazidis et des chrétiens d’irak, mais c’est encore pour parler d’Israel et de sa politique forcément irréprochable. Je reconnais tout à fait qu’il y ait un fond puissant d’antisémitisme dans les manifestations de cet été, mais on peut opposer à votre argument qu’on ne manifeste pas contre une organisation terroriste car elle n’est pas officielle et ne doit pas tenir compte de l’opinion publique puisque elle la combat. Manifester est un geste démocratique où une partie de la population demande à se faire entendre (à tort ou à raison) par une autre partie de la population.

  10. choucalescou dit:

    vous allez avoir des ennuis , il ne faut surtout pas stigmatiser ces « loup solitaires »

  11. Peter de Vries dit:

    Tout à fait d accord avec votre article, on laisse les Kurdes sombrer sans les aider
    Résultat, des réfugiés et des drames partout
    Honte à l’Europe qui déclare des organisations de défense de la cause Kurde de terroristes.

Laisser un commentaire

  • Derniers commentaires