Dominique Strauss-Kahn, ne fait pas que violer des femmes, il les engrosse aussi

Dominique Strauss-Kahn, ne fait pas que violer des femmes, il les engrosse aussi

Le 22 avril 2014 | 14 Commentaires

Porc, prédateur sexuel, violeur, partouzeur, dépravé, harceleur, mufle, infidèle, politicien, il ne manquait qu’une chose à l’ex futur président des français … un enfant caché.

Dominique Strauss-Kahn ne violait pas seulement des moches et des prostitués ; Il cocufiait allègrement son épouse Anne Sinclair allant jusqu’à faire un enfant à une autre.

L’enfant a actuellement un peu plus de 4 ans.

Anne Sinclair qui s’est ruinée en payant les avocats américains de DSK a été

remercié par DSK avec une paire de cornes .

DSK voulait être le Président de 60 millions de français mais il ne peut assumer un petit français qu’il a contribué à mettre au monde.

La mère de l’enfant caché a intenté un procès à DSK en reconnaissance de paternité devant le TGI de Paris en janvier dernier.

Mais DSK ne l’entend pas de ses oreilles de cochon. Il n’a pas envie de partager avec un moutard l’argent qu’il a engourdi à Anne Sinclair. Lui rstera t’il assez pour se payer ses prostitués et sa Porsche de beauf s’il doit refiler une pension alimentaire ?

Il reste la solution de l’ogre, mais depuis Bokassa il n’y en a plus beaucoup. Avis à la population DSK cherche un ogre en CDD viande tendre garantie envoyez vos candidatures à DSK, Les chandelles boite à partouzes, Paris.

Le plus incroyable c’est que DSK a obtenu que cette procédure soit à huis clos et anonyme. Oui anonyme, le nom de DSK est remplacé sur les actes de procédures par des chiffres. Pourquoi ce traitement de faveur ? Les coucheries de DSK sont elles devenus « secret défense » ?

Voila pour quoi vous votez et vous payez des impôts, des violeurs, des voleurs, des pédophiles, des fraudeurs, des escrocs, des dépravés etc…

Pour finir, comme pour Hollande et Gayet, cela fait un an que je propose le sujet à la presse. Sauf que la presse française a peur. Ils m’ont juste dit « sors le sujet d’abord à l’étranger on reprendra après ». Une presse de flipettes et d’hypocrites, tout juste bonne à donner des leçons, et à se paraphraser les uns les autres.

Que le scandale soit avec vous !

http://twitter.com/JcElfassi
http://www.facebook.com/jeanclaude.elfassi.9
http://www.youtube.com/user/JeanClaudeElfassi
http://www.dailymotion.com/JeanClaudeElfassi

 

14 commentaires pour “Dominique Strauss-Kahn, ne fait pas que violer des femmes, il les engrosse aussi”

  1. censure csa dit:

    Le CSA veut censurer les sites internet, même si ils ne sont pas forcément illégaux:

    http://www.numerama.com/magazine/29070-le-csa-veut-un-label-site-de-confiance-pour-censurer-le-web.html

  2. dominique nique nique nique dit:

    « Dominique Strauss-Kahn, ne fait pas que violer des femmes, il les engrosse aussi »:
    ouf, je suis rassuré grâce à vous !

  3. lila dit:

    Nan ! c’est dingue ça, mais pourquoi ont ils pris le risque de publier l’histoire avec Hollande au pouvoir ?

    En plus on va en bouffer la du DSK innocent avec la vérité d’Anne Sinclair !

    Parcontre ne nous dit pas que c’est Rachida l’ogresse la mère !

  4. On s en fout dit:

    Jean claude, des fois tu depasses les bornes!
    C est la vie privee de dsk, c est un chaud lapin et alors?
    Si on fouillait toutes les poubelles des gens , on en trouverai des ordures!, bref, ton combat est nul!!!
    Y a des trucs plus importants que les sauteries de dsk.

  5. lili dit:

    c’est énorme !
    je ne trouve pas de traces de cette info, c’est vachement bien caché (?)

  6. JeanClaudelemondeEstfou dit:

    Ça apprendra à Anne Saint clair de clamer haut et fort qu’elle n’aurait pu tomber amoureuse d’un non juif, ça lui apprendra à cette connasse de dire et penser des choses comme ça à l’heure où la moindre petite chose nous divise. Dans ton cul ton mari juif only idiote ! Un noir catholique ne t’aurait peut-être pas mise si minable pauvre femme raciste.
    Jean Claude ne mâche pas ses mots lol
    Je me demande toujours ce que DSK aurait fait à la tête de notre pays à part des scandales graveleux.
    Avec Hollande on a les scandales sans l’efficacité.
    Quand on pense que voter est un acte citoyen, ça laisse pantois.

    Quant à cet enfant, les femmes qui pleurent car elles tombent enceinte sans le consentement du mec, qu’elleq aillent se faire foutre, à moins d’avoir été forcée évidemment. C’est la bonne tirelire DSK, enfin ça l’a été mais je ne me fais guère de souci pour lui.

  7. JeanClaudelemondeEstfou dit:

    @ on s’en fout

    Ha tu trouves que c’est sa vie privée toi ??? Un mec à qui tu aurais donné la possibilité d’appuyer sur le bouton nucléaire c’est seulement sa petite vie privée la coke les putes, les partouses, les abus sexuels etc ???
    Bah écoute on a pas la même notion du privé je crois dans des situations pareilles.
    Bon après qu’il ne s’occupe pas financièrement de son rejeton, que dire…qu’il baise sans capote, et que toutes les femmes qu’il a baisées, sa femme a couché avec.
    Il est malade ce mec, les grands cerveaux le sont souvent, attention je n’ai pas parle d’ame.

  8. DScouilles dit:

    Hollande qui dit qu’avec sa meuf c’est fini, c’est pas du privé ? lol.
    Ils disent que la vie privée commence à la porte de la chambre à coucher, donc Nafissatou D. appartient à la vie privée de DSK ?

  9. Cricri dit:

    Excellent un peu trop de gros mots mais je suis écroulée de rire !
    « Mais DSK ne l’entend pas de ses oreilles de cochon. »

  10. Cricri dit:

    L’article est vraiment pas mal je le redis ! Les expressions sont plutôt pas mal ! si non Lorsque vous écrivez que la presse ne veut pas de votre sujet, faut pas rêver, qui va se mouiller ? Pardons Jean-Claude, mais tout le monde n’est pas comme vous !

  11. olala dit:

    Aucun scan, aucun numéro, aucune preuve

  12. ano dit:

    Dans le même style, peut être pourriez vous la contacter pour l’aider à publier son histoire, elle dit qu’elle pourrait faire un livre de tout ce qu’elle a vu durant son travail en politique :

    Succès, mal de tête et discriminisation vraie.
    http://marie.roca.over-blog.com/article-succes-mal-de-tete-et-discrimination-vraie-123465505.html

    S’il vous plaît, merci de faire très largement circuler cet article, de le publier partout où vous le pourrez. J’en ai ras-le bol d’être une sans aucun droit depuis toujours, ras-le bol d’avoir été une fonctionnaire voulant rester honnête et pour cela par magouille des gens de « gauche » radiée des cadres de la fonction publique en 1990, ras-le bol de ne pas avoir été réintégrée malgré les évidences, ras-le bol de ne pas pouvoir avoir ma retraite, ras-le bol du fait que l’Etat me doive vingt-quatre années de salaire et ne se dispose à ce jour qu’à me sucrer ma retraite, ce, bien qu’ayant été durant près de quinze ans, une honnête fonctionnaire, ras-le bol de ne pas être à ma juste place au niveau reconnaisssance sociale dans le domaine littéraire malgré quarante-deux prix littéraires, ras-le bol de ne pas avoir un centime de revenu personnel depuis vingt-quatre ans, ras le bol de ne pas encore avoir perçu les aides de l’etat pour payer une part seulement de la maison de retraite de ma mère, ras-le bol de n’avoir pas les moyens personnels de payer ça, ras le bol de voir le sort infligé à ceux qui descendent de ceux qui sont servi ce pays jusque sur les champs de bataille depuis au moins douze siècles (en mon cas, c’est avéré).

    Bref, je veux ma juste place de française honnête de souche, de handicapée physique, de romancière reconnue par des prix littéraires, le droit d’avoir de quoi vivre par mon travail du passé et du présent, l’argent que l’Etat me doit, que les gens de gauche me volèrent par la voie d’un certain A.K (qui n’était pas d’origine française, mais de la clique coco et de la clique de certains qui se disent « juifs » mais sont de faux juifs qui attisent la haine contre les juifs lamba, honnêtes) qui me harcela sexuellement parlant ( style DSK, un peu moins violent, mais cconstant durant des années), dont j’ai refusé les avances, comme j’ai refusé de prendre la carte de son parti (et de tout autre), et auquel j’ai refusé de participer activement à des détournements d’argent public vers son parti politique.

    Avant d’aborder ces points, de vider mon sac, (pas tout à fait), je dois d’abord ouvrir une parenthèse pour parler d’un problème technique.

    Certains d’entres vous ont sans doute remarqué que certaines des images de certains articles de ce blog n’étaient plus affichées hier; le problème est en large partie réglé ce jour.

    C’est simple; ces images, surtout celles des couvertures de mes livres, plus certaines relatives à mon travail, étaient sur un serveur d’hébergement, mais du fait du succès sans cesse croissant de ce blog, la bande passante qui m’était allouée pour ces photos était dépassée, et j’ai donc trouvé une autre solution, laquelle devrait s’avérer pérenne. Cela m’a même permis d’améliorer certains articles.

    Ceci dit, depuis quatre jours et quatre nuits, mon oeil valide me fait horriblement souffrir, sans relâche, ce qui m’oblige à faire une pause. Pour ceux qui ne le savent pas encore, je fus aveugle par intermittence en mon enfance. A l’âge de douze ans, et après que les plus grands spécialistes d’Europe m’eûssent l’aissée tomber, un obscur mais efficace chirurgien de la vue, accepta de tenter une opération de la dernière chance, in extrémis, qui consistait alors à couper le nerf reliant les deux yeux. Nous étions trois mois environ, avant la première greffe de cornée, laquelle m’aurait permis de voir des deux yeux et m’aurait épargné ces douleurs. Il y aait grande urgence, et le résultat n’était pas acquis d’avance.

    J’ai pu récupérer la vue d’un oeil, tout en perdant définitivement l’autre, et tout ce que signifie avoir la vue des deux yeux. Il en résulte de terribles douleurs de l’oeil et de toute la partie de la tête, selon que c’est à gauche ou à droite, et cela dure des jours et des nuits, sans relâche et sans que rien ne puisse soulager le mal d’une intensité telle que quelqu’un qui voulut tenter de m’envoyer de l’énergie de guérison à distance, prit un malaise en ressentant cette douleur un bref instant seulement. Cela dépasse tout ce qui est supportable, et là, étant donné que cela vient de la rupture d’un nerf important, il s’agit d’une affection neurologique, non reconnue ! lorsque le mal s’arrête d’un côté, il migre de l’autre…

    La Cotorep me reconnaît un handicap à hauteur de seulement 58 pour cent, uniquement visuel, donc occultant la large part neurologique, mon opération étant orpheline (plus conue) et mes dossiers médicaux remontant à l’enfance étant irrécuprables, et c’est la pire des situations ! Ce statut reconnu de travailleur handicapé sans indemnité, me donnerait droit de travailler en centre de travailleurs handicapés, mais ne m’ouvre aucune pension d’invalidité. La part neurologique du handicap et les séquelles douloureuses ne sont pas du tout reconnues ! Je suis dans la pire des situatioons en terme de handicap !

    Je passe la moitié de ma vie dans la souffrance, et le reste du temps à récupérer, ou plutôt à essayer de récupérer.

    Comme vous le voyez, cela ne m’empêche pas de m’activer malgré tout. J’ai élevé mes enfants sans aide aucune, les emmenant en aveugle ici ou là, car lorsque je suis ainsi, lorsque le mal est sur l’oeil qui y voit, je garde cet oeil le plus possible fermé. Avec mes enfants petits, je traversais la nationale, en ne me fiant qu’à l’oreille et au sixième sens, avec souvent des camions qui ne prenaient même pas la peine de s’arrêter lorsqu’ils avaient le feu rouge (une personne fut tuée et alors, et seulement alors, la nationale fut sécurisée). Une aide de la Cotorep aurait permis de mettre mes enfants en sécurité, lorsque j’avais besoin qu’ils soient accompagnés ici ou là.

    Lorsque je vois des gens qui ont juste un poil dans la main et qui s’arrangent pour obtenir une pension de la COTOREP, il faut le dire, souvent de nouveaux arrivés en France, oui, j’ai la haine, et il y a de quoi ! J’ai un vrai handicap, de terribles douleurs, et eux ont tout qui fonctionnent et en faisant la comédie, ils obtiennent des pensions et des aides; hélas, je suis de souche, fille, petite-fille et nièce de combattants pour la France, et après certains viennent vous parler de discrimination !

    Je suis bien placée pour parler de la vraie discrimination dans ce pays, parce que de vrais handicapés physiques, handicapés civils et non indemnisés, de souche française, de familles qui ont tout donné à ce pays, il y en a dans ce pays. Certains handicaps sont très invalidants, très voyants, mais non douloureux. D’autres handicaps ne se voient pas de l’extérieur, et c’est généralement mon cas, mais les douleurs sont intenables, et dans mon cas s’ajoutent les nausées, la tacchycardie.

    Que chacun de vous imagine que durant à peu près la moitié de chaque mois et durant près de la moitié du mois il ait de telles souffrances, depuis des décennies, et que la société nie ces souffrances et n’accorde aucune aide, aucune prise en charge, aucune allocation; en tant que femme, n’ayant par ailleurs plus le moindre revenu personnel, je ne suis même plus en état de passer l’aspirateur ou de faire la poussière chez moi, et je n’ai pas de quoi payer une femme de ménage… L’autre moitié du mois, il faut récupérer et continuer à avancer, et vous voyez tout ce que je fais ! Je ne m’écoute pas.

    Cerise sur le gâteau, comme si cela ne suffisait pas, je dois à présent envisager malgré tout, alors que j »arrive à l’âge normal de la retraite, de me trouver une place de femme de ménage, si on veut de moi à mon âge, et avec mon niveau d’instruction; cela vous étonne ?

    Ma maman est en maison de retraite, et lorsque la nécessité fut là, l’unique place possible était dans le privé. Cela coûte très cher. Il existe d’une part une aide attribuée une seule fois par le Conseil général, et d’autre part une APA, allocation aux personnes âgées dépendantes, et tous les dossiers furent remplis et remis dans les tremps. Cela fait des mois que nous attendons, mais rien ne vient ! Comme en plus, l’un de mes frères, smicard et dans une situation difficile n’est plus en état de pouvoir payer sa quote-part, la nôtre, déjà énorme augmente d’un tiers… L’un de mes enfants est encore étudiant…

    Un autre solution pour gagner de quoi payer une partie de cet hébergement de ma mère en maison de retraite , serait que je mette à profit certains de mes talents, à savoir la voyance. Je n’ai jamais pratiqué la voyance volontaire. Si je fais cela, ce serait sous la forme de réponses spontanées (sans support), à deux questions pour trente Euros, et en voyance directe, par correspondance…

    Une autre solution, la plus simple et la plus appropriée, et je compte sur vous pour faire connaître à vos amis et voisins, à votre famille, mes livres, leur intérêt, mon talent reconnu et ma situation de vraie Française handicapée, serait que je vende bien plus de livres.

    Par exemple, beaucoup de gens veulent savoir des choses sur les celtes, et ils vont lire ceci ou cela; mes deux romans celtes sont rédigés de par le souvenir spontané (qui fit faire des découvertes et reconstitutions) de ma vie antérieure à l’époque gauloise ! C’est du vécu, du direct, mais même des gens qui lisent tout le bien dit de mes romans, vont considérer qu’ils n’ont pas la publicité tapgeuse qu’eurent certains ouvrages, et ils vont avaler des conneries sur le sujet, au lieu d’avoir la véritable image de nos ancêtres celtes et de leur civilisation ! Ces deux livres de cette saga se vendent par la FNAC où ils osnt référencés.

    Idem, lorsque je vois le succès de certains de mes articles sur les géants; pour autant, tous ceux qui lisent chaque jour ces articles, (plusieurs centaines par jour) et dont je sais que nombre d’entre eux apprécient ces articles et les font lire à leurs amis, ne se donnent pas la peine de lire le livre, et pourtant, il y a bien davantage de découvertes à faire dans le livre, sur le sujet des géants, des Hommes Sauvages Velus, et d’autres encore, que dans les articles, et pour un prix très modeste de 15 Euros pour ce titre Autres Humanités, pour un livre très iconographié, dont la couverture est réalisée par un vrai artiste (un crêve la faim) avec une peinture originale (faîte exprès pour ce livre) . Combien vont aller s’acheter le dernier Goncourt qu’ils vont ranger sur une étagère sans le lire, ou encore le dernier Lévy ou le dernier Musso dont on nous rebat les oreilles par des publicités ?

    Est-ce que Lévy ou Musso ont eu quarante-deux vrais prix littéraires partout en France et même à l’étranger ?

    Non? Ils n’ont pas ce palmarès ! Moi oui !

    Attention, je n’ai rien de particulier contre chacun de ces deux auteurs, et ils ont leurs mérites, mais on n »entend parler que d’eux, et trop c’est trop, et puis ils ont de quoi vivre et je mérite, et j’en ai fait la preuve, d’avoir également ma place en tant que romancière, écrivain. Ils ne sont certainement pas nés dans la :misère contre laquelle je dus me battre en même temps que contre le handicap, et on voit où j’en suis aujourd’hui, à l’âge d’une retraite que je n’aurais de toute façon pas, parce qu’on m’a tout volé lorsque j’étais fonctionnaire ayant refusé d’être malhonnête, de coucher avec le chef, de détourner de l’argent vers son parti politique de gauche et de prendre la carte de ce parti politique !

    Mon député, qui m’aida vraiment par ailleurs en une certaine situation, et je l’en remercie, n’a toutefois rien fait pour me faire rétablir dans tous mes doits dans la fonction publique d’Etat, alors que je l’ai relancé plusieurs fois et qu’il se trouvait en situation de pouvoir intervenir… Tout ce monde là se tient les coudes…

    Oui, j’ai quarante-deux vrais prix littéraires, de ceux qu’on obtient incognito et sans magouille, de ceux où on ne vous donne qu’un papier, une médaille au mieux, ou quelques cadraux en livres ou en spécialités régionales.

    Est-ce que dans le milieu littéraire, en tenant compte de cela, je suis à ma juste place, celle qui me permettrait de n’avoir que le souci d’écrire et de vous proposer sans cesse des romans ?

    Cette place, ma juste place, ne m’est pas laissée, qui me permettrait de vivre en publiant deux romans à l’année, en toute sérénité, et malgré mon handicap, de payer ma part de la maison de retraite pour ma mère, de payer deux heures de femme de ménage par semaine, ce qui compte-tenu de mes souffrances ne serait pas du tout un luxe. Je ne demande qu’à vivre de mon travail honnête selon ce que ma situation physique et mes capacités intellectuelles et techniques me permettent de faire.

    Avec un tout petit éditeur qui ne fait que ce qu’il peut, mais qui est honnête, c’est au moins ça, je ne vais pas bien loin…

    Musso et Lévy ont de quoi vivre. Sans revenu personnel, non seulement je dois chaque jour accomplir des exploits, du fait des douleurs intenses, mais encore, je dois trouver de quoi apporter ma part pour régler ma quote-part pour la maison de retraite de ma mère, avec un paiement plein pot parce que l’Etat ne nous verse toujours pas la part d’allocation qui viendrait en déduction de facturation de maison de retraite.

    Vraiment en mon cas on peut donner un vrai sens à cette expression : tirer le sang de la pierre.

    Est-ce que Monsieur Valls va faire quelque chose en mon cas ? Lui, il n’a aucun des soucis qui sont les miens; lui n’a jamais vraiment travaillé; lui n’a aucun handicap; lui a été nourri par le sein de la pourtiture communiste qui m’a volé le fruit de mes efforts ! Dire que certains font un paillasson doré à Mélenchon qui vient du communisme; ils nont rien compris ! De droite, de gauche du centre, rien que ce mes vécus dans l’administration m’ont montré que c’est du paeil au même, et lorsque je dis cela, n’oubliez pas que je fus rédactrice des discours culturels d’un haut personnage, lui-même neveu d’un premier ministre, que je travaillais comme on dit « au saint des saints », à savoir au sein du cabinet (les bureaux pas les toilettes) de ce haut personnage, et je n’avais alors que vingt-cinq ans…J’en ai assez vu et assez entendu pour écrire un livre choc sur la façon dont ça se passait et dont ça se passe encore, mais j’étais si naîve à l’époque… Droite ou gauche,, je les ai tous vus se sucrer aisément sur notre dos à nous les pauvres cons de contribuables, et pour ceux qui n’auraient pas encore compris, la trop grande concentration de tous les pouvoirs et de toutes les influences à Paris, fait le jeu de ce système, et voilà pourquoi, en matière de romans au moins, je vous demande à toutes et tous de rechercher ce qui se produit de bon voire d’excellent, chez les éditeurs non parisiens, mais attention, pas les faux éditeurs qui font payer un maximum à toute personne leur proposant un manuscrit, sans établir la moindre sélection qualitative, en faisant croire à tout un chacun qu’il est romancier né ! Il ya énormément d’ivraie en ce domaine, hélas ! Sur mille manuscrits de romans ainsi proposés à ces éditeurs véreux, il y en a peut-être deux qui tiennent la route, dont un excellent, mais ils ne sont en rien distingués puisqu’ils sont mis dans le lot commun de l’escroquerie !

    A tous, en toutes choses, ouvrez l’oeil et le bon, et c’est le cas de le dire !

    Ne m’en veuillez pas si je mets quelques temps pour vous répondre, du fait de ce mal terrible qui est mon lot. Je frappe ces mots presque en aveugle, sans regarder ou presque mon écran, c’est dire que ça ne va pas fort !

    Vous qui aimez lire mes articles, songez que mes livres valent aussi la peine d’être lus, que la part qui me revient sur leurs ventes est faible, mais supérieure à celle que laissent des escrocs de l’édition. C’est mon unique revenu, à savoir environ et au maximum, quatre-vingt Euros par mois (vous lisez bien) parfois moins, et il m’en faut bien plus pour payer ma part du séjour en maison de retraite de ma maman; ne parlons pas de moi… Je n’ai rien pour penser à moi à ce jour, et pour ceux qui imaginent que passer à la radio me rapporte, on ne me paie rien, ni à moi ni aux autres intervenants, mais cela fait un peu mieux connaître mes livres, il est vrai, et partager ce qu’on sait est un plaisir.

    Je veux que l’Etat me paie ce qu’il me doit, à savoir vingt-quatre années de salaires en tant que cadre de catégorie B.

    S’il faut pour cela que je balance les noms des perosnnes impliquées, alors, oui, je vais le faire, car j’arrive au moment de la retraite, et on doit maintenant me donner mes salaires et ma retraites ! l’Etat est responsable d’avoir du jour au lendemain imposé la déconcentration de gestion de certains types de cadres, sans s’assurer de placer des gardes-fous, de contrôles pour empêcher qu’on ne fasse des magouilles telle celle qui me vira direct de la fonction publique de l’Etat, et Mr Jospin, alors ministre de l’Education nationale,, qui était bien au fait de ma situation, dont je puis publier une lettre signée de lui, par laquelle il disait s’occuper de rétablir ma situation, a toutes ses responsabilités. Sept cadres de cette catégorie(toutes des femmes) furent un peu partout victimes en France, dont l’une se suicida !

    Vingt-quatre ans que je patiente et que je supporte cette injustice, cette énormité, et ça, c’est le bilan de la gauche, car c’est bien la gauche caviar qui n’a depuis longtemps rien à voir avec le monde ouvrier dont je viens, qui me fit cela, mais la droite ne vaut pas mieux ! Ils se serrent tous les coudes en de pareils cas, et là, je l’ai constaté.

    Je fus discrète et patiente, mais ça suffit, et je ne veux qui ce qui m’est pleinement accordé par le droit ! J’ai passé les concours nationaux, sans même me prévaloir de ma situation de handicap pour obtenir mon rang parmi les cadres. Lorsque je suis allée passer l’oral, après réussite de l’écrit, j’ai consacré à l’achat du billet de train, le seul argent qu’il me restait pour des mois, et à l’époque,, avant le TGV, j’ai passé la nuit entière dans le train, assise en seconde classe, dans un compartiment bondé, sans avoir mangé ni à midi, ni le soir dans le train, pour passer mon oral le matin, sans petit déjeuner, ventre creux, et je suis repartie ensuite, toujours ventre creux ! Cela faisait des mois que je n’avais pas de quoi manger à ma faim et qu’il m’arivait de fouiller les poubelles, la nuit, pour trouver un petit quelque chose à me mettre sous la dent… Je sais ce qu’avoir faim veut dire, au contraire de nouveaux venus qui se plaignent et qui sont nantis. J’ai bondi de joie en apprenant ma réussite en ces conditions ! Je n’ai rien volé à personne, ni à ce moment, ni jamais. On ne m’a pas demandé mon avis pour m’affecter en enfer, loin de mes pénates… dans l’académie de Créteil qui était déjà bien envahie de population inintégrable et violente, et tout ça, pour au final, après des années de harcèlement, utiliser les moyens de mon poste, acquis par moi par voie de concours, pour titulariser en transformant ledit poste en catégorie subalterne, une vaut rien de la bourgeoisie patasse, bête, incapable de passer le moindre concours, mais sans scrupule aucun, égoïste et… ayant couché avec les chefs ! Là encore je finirais peut-être par balancer les noms, à force de patience, et je suis certaine que l’époux qu’elle avait déjà, de cette bénéficiaire et complice de l’injustice qu’on me fit, ignore tout des infidélités de Madame pour parvenir à ses fins, alors qu’elle était toute jeune mariée !

    Faîtes largement connaître mon histoire, et je vous en remercie.

    Ce blog reçoit des milliers de visiteurs chaque jour. Chaque jour, des milliers de personnes lisent mes aeticles sur les géants, les sirènes ou les Hommes Sauvages velus; c’est un grand succès, mais qui ne me rapporte rien si les personnes qui apprécient ces articles et de ce fait les signalent à d’autres, ne se procurent pas le livre, qui a pourtant un prix réduit, et qui en dit bien plus sur ces sujets, seul moyen pour moi d’avoir un tout petit revenu, moi qui ne perçois rien d’autre, et je ne peux plus travailler gratuitement, du moins sans compensation. Si les quelques millions de personnes qui ont lu mes articles sur les géants avaient acquis le livre Autres Humanités, paru fin novembre et dont le premier tirage est amorti (faible bénéfice pour le moment), j’aurais la tête hors de l »eau pour un moment, mais là, je trouve qu’il n’y a pas beaucoup de reconnaissance de la part de lectrices et lecteurs qui ont apprécié ces articles, et qui les apprécient encore au point que la demande ait généré ce problème de bande passante sur le compte image correspondant, ce qui ne se produira plus.

    Si je dois aller faire des ménages, si on me prend avec ma situation de santé, mon âge, et mon côté très intello, je ne saurais assurer des articles aussi intéressants. Mes articles sur les géants ont été beaucoup pompés ici et là, et je retrouve en d’autres endroits, les passages que j’ai rédigés, avec mes mots, sans lien, sans citation d’emprunt, alors, les mêmes perosnnes qui apprécient mon travail euvent aussi acquérir un livre bien documenté à seulement 15 €. Si ce livre était paru chez un autre éditeur, étant donné le type de papier, la présentation, l’iconographie, il couteraît entre 22 et 24 Euros !

    J’ai le droit de vivre de mon travail, au moins un tout petit peu…

  13. Maria dit:
  14. Cricri dit:

    @ Maria prévenez de ce que cela est, quand vous déposez des liens ! J’ai cliqué comme une conne !

Laisser un commentaire